Investissements

> > Investissements ; écrit le: 16 novembre 2011 par La rédaction

Acheter pour louer Investir résidence de tourisme directeur Estate Investments Real Estate Investing financier scellier investissement Building Society économies d’argent Estate Investing Renégocier hypothécaire Investir dans un certificat de placement boursier remplir ma déclaration provocante impôt sur les gains en capital avis de consolidation de crédit immobilier Comment investir sur l’or

Types d’IDE

En forme d’IDE

L’OCDE prend fréquemment dans son analyse une distinction dans la forme d’IDE.

IDE par la logique

Cependant, la distinction entre les IDE horizontaux et verticaux n’est pas aussi claire dans la pratique: les firmes multinationales se livrent souvent à des stratégies d’intégration complexes, qui comprennent à la fois les formes d’intégration verticale dans certains pays et horizontale dans d’autres (Yeaple 2003).

Par type d’instruments financiers pour les IDE

Evolution de l’IED

Flux mondiaux d’IED

Histoire

Le véritable essor de l’IED a commencé à la mi-1980s.In les années 1950 et 1960, le taux de croissance de l’IED est en fait moins que l’exportation du commerce international reste la principale modalité de la concurrence à travers le monde. Dans les années 1970, le taux de croissance de l’IED a rejoint le commerce mondial, mais d’une décélération du commerce mondial.

Une rupture se produit en 1985: entrées et sorties d’IED d’accélérer considérablement d’un flux annuel de 50 milliards en dollars courants, plus de 200 milliards de dollars en 1989-1990. La croissance des flux d’IED ont continué dans les années 1990, culminant à 1,4 trillions de dollars en 2000. Le montant de l’IED a fortement baissé dans le sillage de l’éclatement de la bulle sur les nouvelles technologies: 825 milliards de dollars en 2001 et 566 milliards en 2003.

Après une reprise dans le milieu des années 2000, la crise financière mondiale entraîne une nouvelle baisse des flux mondiaux d’IED: après une contraction de 16% en 2008, les flux mondiaux d’IED ont encore chuté de 37% en 2009 à 1 114 milliards, tandis que les sorties diminué de 43% à 1 101 milliards de dollars. Selon des estimations préliminaires de la CNUCED (2011), les entrées d’IED n’ont pas augmenté de plus de 1% en 2010 à 1122 milliards de dollars. Alors que les flux d’IED vers les pays industrialisés serait de nouveau contracté en 2010 (-6,9%), les pays en développement (notamment ceux situés en Asie et en Amérique latine) ont attiré plus d’IDE (9, 7%). Ainsi, 2010 sera la première année que les pays en développement et économies en transition ont attiré plus d’IDE que les pays.Ces changements dans les flux de refléter l’amélioration des résultats des filiales étrangères situées dans des pays en développement, qui a poussé à la hausse de la composante des bénéfices réinvestis. Par contre, les incertitudes qui pèsent sur les monnaies du marché mondial et la dette des pays européens ont donné lieu à des prêts intra-groupe à faible et limited.For capital IDE 2011, la CNUCED estime que les flux mondiaux d’IED devrait se situer entre 1 300 et 1 500 milliards de dollars. L’amélioration des conditions macro-économiques en 2010 a conduit à la hausse des bénéfices des sociétés et la valeur de marché a augmenté. Ces conditions favorables, et le retour de la confiance dans l’entreprise en 2011, devraient encourager les entreprises multinationales à réaliser de nouvelles acquisitions, grâce aux niveaux record de liquidités qu’ils ont accumulé.

principaux pays investisseurs et d’accueil de l’IED

L’évolution des flux d’IDE, qui dépend principalement de la stabilité de la terre d’accueil et il semble offrir des possibilités d’exécuter, en quelque sorte reflète la confiance que les investisseurs étrangers sont dans un pays ou une région.

Les flux d’IDE entre l’Union européenne, les États-Unis et le Japon (flux de Nord-Nord) sont les plus importants, même si leur part dans le total mondial est quelque peu inférieur.Ainsi, ces dernières années il ya eu une forte augmentation des flux vers l’Asie du Sud-Est et en particulier dans les exportations vers la Chine.

Globalement, l’Afrique attire peu d’IDE, même si certains pays comme l’Afrique du Sud, Algérie, Maroc, Tunisie et l’Egypte sont des exceptions. Pour les autres pays africains, l’IDE est principalement concentrée dans les industries extractives.

Près de 60% des entrées d’IED sont concentrés en Amérique du Nord, en Europe et au Japon. Les pays en développement demandent donc 40%. Seuls sept pays représentent 65% du stock mondial d’IED, les pays industrialisés et 30 principalement les États d’accueil de 90% de l’IED. Les États-Unis ont récolté trois fois plus d’IDE que les pays en développement. Le seul véritable échec ces dernières années est l’émergence de la Chine est devenue le dévastateurs second hôte avec 12% du monde.

IDE de la France

J. péché et B. Terrien (2005) a étudié l’évolution des IDE en France sur la période 1960-2000. Ils observent que le poids relatif de l’IED par rapport au PIB a augmenté régulièrement au cours de la période.

De 1960 à 1980, la France est structurellement un pays qui a reçu plus d’IDE que c’était lui-même mener à l’étranger.Depuis 1980, la position du pays a été inversée, la France est devenue un investisseur direct net au niveau international, tout en continuant de recevoir des quantités importantes d’IED en provenance de l’étranger. La plupart des IDE de quitter ou entrer en France ont été faites avec des pays développés dans lequel l’Europe joue un rôle dominant et propose de plus en plus vers des activités de service.

Dynamique de l’IED

Pour un pays donné, l’IDE évoluer avec le temps selon un particulier, marqué par une succession d’étapes. Dans le cadre de sa théorie du cycle du produit, R. Vernon (1966) est le premier à expliquer le passage vers le pays qui bénéficie d’un avantage technologique de la production nationale pour l’exportation d’un produit puis à l’emplacement de production à l’étranger dans 5 étapes:

T. Ozawa (1990) développe un modèle dynamique de spécialisation et de l’IED japonais à l’étranger où l’évolution de l’IED japonais reflète l’étranger, avec un temps de retard, l’évolution de l’industrialisation du Japon. Il ya 4 phases:

Plus généralement, Dunning JH (1988) montre que la situation nette d’IDE d’un pays (égal à la différence entre les stocks d’IDE sortants et stocks d’IDE entrants) est basée sur son niveau de développement économique.En effet, le niveau de développement d’un pays a une influence sur chacune des prestations (spécifiques, la localisation et l’internalisation) identifiés par Dunning en tant que déterminants de l’IDE. Plus un pays est développé et ses entreprises bénéficient d’avantages spécifiques et à l’internalisation, en outre, les pays étrangers où les coûts de production sont inférieurs représentent des cibles idéales pour la délocalisation. Un pays développés ont tendance à exporter IDE alors qu’à l’inverse, les pays moins développés d’attirer l’IED inflows.Dunning distingue quatre phases distinctes:

Cette analyse peut être illustrée par représentant, à la fin de 2009, les encours moyens de IDE entrants et sortants dans chaque pays en fonction de la position nette d’IDE (égal à la différence entre les sorties d’IDE et IDE). La majorité des pays moins développés économiquement caractérisé par d’importants investissements étrangers directs. Comme pour les joueurs les plus importants dans l’IED mondial, ils peuvent être divisés en 3 catégories:

Selon cette analyse, la position naturelle des IDE (et plus généralement, la balance des paiements) ne doit pas être en équilibre, ce qui met de facto les tentatives de lutte (par des politiques économiques plus ou moins restrictives) contre les déséquilibres qui reflètent (au moins en partie) le niveau de développement de chaque pays.

Les déterminants de l’IDE

Malgré l’importance croissante de l’investissement international dans les économies, il n’ya pas de cadre théorique unifié pour la compréhension des déterminants de la FDI.The analyse théorique sur les entreprises multinationalisation sont nouvelles, émergentes de la fin des années 1950. En outre, l’analyse des déterminants de l’IDE se trouve à l’intersection de l’économie internationale et l’économie industrielle. On peut comprendre ces comportements dans leur taille et d’arbitrage géographique dans le contexte d’un lien entre le commerce des biens et des mouvements de capitaux. La deuxième se concentre davantage sur les stratégies de développement des entreprises et d’arbitrage entre différentes manières d’organiser leurs activités.

L’approche éclectique et le paradigme OLI

Une première tentative a été faite par Dunning qui offre un des facteurs explicatifs global des investissements directs (OLI paradigme) dans lequel les éléments apparaissent comme la concurrence imparfaite, l’avantage comparatif et de l’internalisation des coûts de transaction. Cette approche, appelée «éclectique», se réfère au paradigme OLI (accès à la propriété, localisation, internalisation) Ceci est le résultat de la multinationalisation d’une combinaison de trois éléments interdépendants.:

IDE en tant que mode de pénétration des marchés étrangers, est choisi lorsque la société réunit les trois types de prestations (spécifiques, la localisation et l’internalisation). S’il n’y a aucun avantage à la localisation, mais un avantage distinct et un avantage pour l’internalisation, l’entreprise conserve le contrôle de la pénétration des marchés étrangers grâce aux exportations et en établissant son propre réseau de vente. Pour Dunning, enfin, si l’entreprise n’a qu’un seul avantage particulier, il fait alors un permis de vente d’une entreprise locale et lui laisse le soin d’exploiter le marché de son pays.

Contributions de la nouvelle théorie du commerce international (NTIC)

Le cadre défini par Dunning est le point de départ pour de nouveaux modèles théoriques fournies par d’investissement stratégique et de la Nouvelle théorie du commerce international (NTIC) qui mettent en lumière un métier des entreprises multinationales entre la proximité et la concentration:

Le modèle avec entreprises hétérogènes Helpman, Melitz et Yeaple (2004) montre que seules les entreprises les plus performantes dans leur secteur peuvent s’implanter à l’étranger. En effet, toutes les entreprises ne sont pas le même niveau d’efficacité dans un secteur donné: que les exportateurs les plus efficaces, et parmi eux, seule une fraction d’entre eux, en mesure de supporter les coûts de l’entrée, peut s’installer à l’étranger. M.Mrazova et JP Neary (2010) complètent ce modèle en mettant en évidence le rôle des plates-formes à l’exportation: En effet, même parmi les entreprises à développer à l’international, seules les entreprises les plus prospères seront en mesure de créer des filiales dans tous les pays, tandis que les moins sera limité à exportations vers les marchés étrangers. Les entreprises intermédiaires ont pour leur intérêt à établir une filiale dans un pays et peut être attribué le rôle de plate-forme pour l’exportation.

Une analyse plus poussée s’efforcent d’introduire les concepts d’incertitude et d’acquisition de connaissances sur les marchés étrangers pour analyser comment une entreprise peut passer d’un mode de pénétration des marchés étrangers à l’autre. Ainsi, F. Albornoz et al. développer un modèle basé sur l’apprentissage et l’expérimentation dans lequel les entreprises ne découvrent leur rentabilité sur les marchés étrangers après avoir commencé à export.Specifically, une entreprise à commencer à exporter un produit vers un pays avant de passer à d’autres pays si les exportations vers les pays initiales s’avèrent rentables. Dans la même veine, P. Conconi, A. Sapir et M. Zanardi étudier comment une entreprise qui a commencé à exporter vers un pays peut décider de maintenir sa présence dans ce pays en faisant l’IED.Ils montrent en particulier que la probabilité de créer des filiales à l’étranger est encore plus forte que la société a acquis, par l’exportation de structures de la connaissance et le marché du pays d’accueil.

Les opinions des chefs d’entreprise français dans l’industrie

INSEE, en collaboration avec le Comité national des conseillers du commerce extérieur de la France (CNCCEF), publié en 2008 les résultats d’une enquête de 4000 entreprises industrielles de plus de vingt salariés.

Les fabricants sont tiers à estimer que le développement des installations à l’étranger est très important pour l’économie française dans son ensemble, mais ils sont moins nombreux (un peu plus d’un industriel sur dix) sont de cet avis d ‘agissant de leur propre entreprise. Le développement de leurs installations à l’étranger est considéré comme particulièrement important par les entreprises dans l’industrie automobile, les entreprises de plus de 250 salariés, et les entreprises fortement exportatrices.

Entre 2002 et 2007, 12% des entreprises industrielles dire qu’ils ont développé des activités de production à l’étranger, et de nombreuses entreprises disent avoir déplacé les activités de production à l’étranger déjà été menées en France. Les entreprises de plus de 250 salariés ou plus sont concernés exportateurs particulièrement forte.

Selon les chefs d’entreprise, le développement d’outre-mer devrait se poursuivre dans les prochaines années, notamment par l’installation de nouvelles capacités de production. Un peu plus de 20% des entreprises industrielles prévoient de créer de nouvelles activités à l’étranger. Le transfert à l’étranger des activités de production existantes continueront également dans les années à venir. Il devrait couvrir près de 16% des entreprises industrielles contre 12% sur la période 2002-2007. Dans les deux cas, le phénomène de la sous-traitance demeure plus forte pour les entreprises de plus de 250 salariés et de fortes exportations. Secteurs de biens d’équipement et de l’automobile sont également plus impliqués.

Parmi les entreprises industrielles qui ont développé des activités de production à l’étranger ou prévoient le faire dans les prochaines années, les deux tiers d’entre eux estiment occasion très importante pour réduire les coûts du travail. Près de la moitié ont mentionné le fait d’être proche des clients. Suit, un peu plus de deux sur cinq entreprises industrielles, l’accès à une réglementation plus souple et plus les entreprises benefit.For fiscales avec plus de 250 salariés, la proximité des clients est le critère principal, avant même que la possibilité de réduire les coûts du travail.

D’autres facteurs sont considérés comme de moindre importance, mais n’inclut pas l’accès à des ressources supplémentaires (matières premières …) Pour les entreprises dans l’industrie alimentaire ou la capacité de fonctionner dans une autre devise que l’euro pour les entreprises dans le secteur des biens d’équipement.

Compte tenu de leurs perceptions, l’importance de ces déterminants doivent généralement suffisant pour renforcer au cours des prochaines années, en particulier en ce qui concerne la possibilité d’accéder à une réglementation plus souple, plus l’opinion exprimée par les entreprises de moins de 100 employés, ou des ressources supplémentaires.

recommandations politiques dans le domaine de l’IED

Dans le pays d’accueil

Comme l’a souligné S. Globermann VZ et Chen (2010), la politique économique des mesures liées à l’IED se concentrer sur deux objectifs principaux pour la countryThe d’accueil est le premier à maximiser les avantages escomptés de l’IED, tout en minimisant leurs inconvénients potentiels. Une fois créé cet environnement, la question se pose de savoir comment attirer l’IED que possible dans le pays. OCDE (2002), souligne que ‘les avantages nets d’IDE ne sont pas automatiques.’ Pour profiter pleinement de l’introduction de filiales à l’étranger, cette organisation internationale recommande que le pays hôte pour mettre en œuvre trois types de mesures:

Créer les conditions pour l’IDE pour être rentable

Pour profiter pleinement des avantages de l’IED, les autorités du pays d’accueil devraient viser à améliorer la capacité d’absorption des avancées technologiques des entreprises locales. Au moins trois mesures de politique économique ne peut être recommandé dans ce cadre:

Bien qu’il soit difficile de trouver dans la littérature de nombreux arguments économiques pour défendre l’introduction de restrictions sur les entrées d’IED à préserver l’indépendance nationale, il est clair que ces mesures sont adoptées par un pays grand nombre. Ainsi, les attentats terroristes du 11 Septembre 2001 ont changé la perception de nombreux politiciens américains sur le rôle et les risques des entrées d’IED. Certains membres du Congrès ont demandé la révision des lois et des politiques sur les entrées d’IDE aux États-Unis pour accroître la surveillance du gouvernement fédéral sur l’IED dans certains secteurs économiques considérés comme particulièrement sensibles à la sécurité nationale. Ces secteurs sont les télécommunications, énergie, services financiers, de l’eau, des transports et des services d’infrastructure physique ou virtuel indispensable à la préservation de la défense nationale, la continuité du gouvernement, la prospérité économique et la qualité de vie aux États-Unis.Pour mesurer l’ampleur des barrières érigées par le pays hôte à l’IED, l’OCDE (2003) (2010) calcule un indice mesurant l’ouverture du pays pour les IDE basé sur l’identification de quatre principaux types de restrictions:

Mise à jour en 2010 et calculé sur près de cinquante pays, cet indice montre que les pays les plus ouverts à l’IED est le Luxembourg, les Pays-Bas et le Portugal. La France est classée au treizième rang, devant le Royaume-Uni (17e) ou les États-Unis (33e). Les pays qui érigerait autant d’obstacles à l’IED (parmi ceux pour lesquels l’indice a été calculé) serait la Russie, l’Islande et la Chine.

Attirer des IED

Investisseurs dans le pays

Gouvernements des pays investisseurs sont confrontés au dilemme suivant: comment éviter les délocalisations destructrices d’emplois, sans interférer avec le développement nécessaire international des groupes locaux?

Encourager les investissements à l’étranger

Bien qu’il soit une initiative privée, l’IDE peut être un public.In accompagnant le début des années 1980 (et même 1970 pour les États-Unis), les gouvernements des principaux pays investisseurs ont reconnu le rôle de l’IED dans une stratégie visant à gagner des parts de marché.Il est apparu comme le principal moteur du développement des affaires internationales, qu’il s’agisse de grands groupes ou petites. Des politiques efficaces pour encourager les investissements à l’étranger ont ensuite été mises en œuvre. Comme le soulignent Alcabas A.-M., E. et B. Bourcieu Valersteinas (2000), le soutien du public pour les investissements directs à l’étranger prend diverses formes, à tous les stades du processus des entreprises.

Répondant aux préoccupations soulevées par la délocalisation

Le débat sur l’externalisation est particulièrement vive et oppose souvent les partisans d’une politique de conciliation avec les délocalisations envisage de punir ou de sanctionner les autorités practices.The tels dans la plupart des pays industrialisés, toutefois, souligner que le cadre de délocalisation de la division internationale du travail impliqués dans le développement et les pays émergents, tout en contribuant au développement des activités à forte valeur ajoutée dans leur propre économie. Ils mettent en lumière les effets potentiellement négatifs sur la compétitivité et se félicitant des mesures investissements étrangers qui pénaliserait particulièrement sous-traitance. Par conséquent, la gamme croissante et les effets sociaux des restructurations sont la réponse la plus commune à la délocalisation.

marques haut de gamme de Pernod Ricard et les marchés émergents se concentrent les dépenses de publicité et de promotion

La publicité et la promotion du groupe Pernod Ricard, l’une des armes principales du groupe de spiritueux pour maintenir et accroître sa part de marché a augmenté à 17,9% du chiffre d’affaires au premier semestre de 2010-2011, un montant de 765 millions d’euros, comparativement à 17% ME et 642 une earlier.Of année, le top 14 des marques d’alcool portefeuille de Pernod Ricard, la publicité et les dépenses de promotion sont restés à 23% du chiffre d’affaires. Les marques premium et les marchés émergents se concentrer 87% et 51% de la croissance de l’investissement. Pernod Ricard confirme la poursuite de ses efforts de commercialisation avec une augmentation attendue du ratio des dépenses de publicité et de promotion des ventes pour l’année 2010-2011 au complet. ‘

← Article précédent: Investissement socialement responsable Article suivant: Investisseur


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site